Les candidats passés à la moulinette des coursiers à vélo

Les coursiers à vélo sont devenus l’un des symboles de « l’économie collaborative ». Ils possèdent le statut d’auto-entrepreneur, un statut que la plupart des candidats à la présidentielle comptent réformer. Arthur, Gabriel, Marianne, Steven donnent leur avis sur cinq mesures phares.

 

 Arthur Hay, 28 ans, coursier à temps plein, entre 40 et 45 heures de route par semaine, gagne 1 500 euros par mois. Créateur du premier syndicat de coursiers à vélo de Gironde (une première en France).

 Gabriel Abitbol, 24 ans, étudiant en master de philosophie, entre 20 et 30 heures de route par semaine, gagne entre 200 et 600 euros par mois.

 Marianne Dhélin, 25 ans, coursière à temps plein, entre 40 et 45 heures de route par semaine, gagne entre 1 500 et 2 000 euros par mois.

 Steven Kotingan, 26 ans, étudiant en licence d’Histoire, 30 heures par semaine, gagne 1 100 euros par mois.

  • François Fillon :  créer un statut de prestataire indépendant pour les auto-entrepreneurs, et les protéger en minimisant les possibilités de requalification.

CONTRE
Arthur :  Ça n’a aucun sens ! Les requalifications de contrat [ndlr, la possibilité de voir son statut d’auto-entrepreneur changé en salarié pour bénéficier d’indemnités en cas de fermeture d’une plateforme comme Take Eat Easy], c’est notre seul moyen de pression en cas de problème.

POUR

Gabriel :  la création d’un statut différent de l’auto-entrepreneuriat, c’est le plus important, pour avoir des possibilités de recours en cas de problème.

 

  • Benoît Hamon : créer un revenu universel d’existence pour augmenter le revenu des indépendants (notamment) dont les revenus sont inférieurs à 2 200 euros net par mois.

POUR mais…

Gabriel :  Ça va dans le bon sens, mais il faut réfléchir à comment la financer. L’idée est alléchante, mais elle parait irréalisable.

CONTRE 

Steven : D’où va-t-il sortir cet argent ? Cela ne correspond pas à mes valeurs.

  • Marine Le Pen propose de refonder totalement le régime social des indépendants (RSI), une mesure également proposée par les autres candidats.

POUR
Steven : Le RSI c’est pourri : on n’a pas d’accompagnements, pas d’explications et une mauvaise retraite.

CONTRE
Marianne :  Je suis contre, parce que ça vient de Marine. On ne sait pas ce qu’il y a derrière.

 

  • Emmanuel Macron : supprimer les charges des micro-entreprises la première année et doubler les plafonds de revenus pour les auto-entrepreneurs.

CONTRE
Arthur : Le nombre de coursiers va augmenter avec ce genre de mesure. Ça va faire baisser les rémunérations et avantager les plateformes comme Deliveroo, Foodora…

POUR
Steven : Je suis séduit par l’augmentation des plafonds qui va me donner la possibilité de gagner plus d’argent.

 

  • Jean-Luc Mélenchon : créer des coopératives de coursiers à vélo et stopper l’uberisation des activités.

PLUTÔT POUR
Gabriel : À l’époque de la disparition de Take Eat Easy, les coursiers avaient déjà eu une idée similaire [de coopérative], mais cela n’avait pas fonctionné. L’idée est plutôt bonne, plus sécurisante, mais il est important de préserver la flexibilité, surtout pour les horaires.

CONTRE
Steven : Les coopératives auront du mal à exister face à des géants comme Deliveroo ou Foodora.

Christophe Landry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.