Caroline a 34 ans. Après six ans de chômage, elle travaille en insertion dans une ferme bio

Les visages du chômage

Qui se cache derrière le nombre de 3 464 000 chômeurs en France ? Au Charbon s’est rendu à la sortie de Pôle emploi afin d’interroger ces demandeurs d’emploi sur leur parcours, les difficultés rencontrées et leurs attentes pour le prochain mandat présidentiel.

 

« L’objectif pour le prochain président sera de donner envie aux gens de travailler »

 « Je travaille en insertion depuis un an dans une ferme biologique. C’est un programme proposé par Pôle emploi pour t’aider à te réinsérer dans le monde du travail. Ça faisait six ans que je ne travaillais plus, j’ai fait une dépression… À la base je suis fleuriste, mais maintenant je cherche à me former comme infographiste. Je sais, ça n’a rien à voir. Je pense que l’objectif pour le prochain président sera de donner envie aux gens de travailler et de leur donner confiance en eux, car on vit dans un monde de requins. Tout le système français n’est pas très bon, on devrait trouver plus jeune des parcours professionnalisants plutôt que des études où on avance sans réellement savoir où ça va nous mener. »

Caroline, 34 ans

« Je vote pour la gauche, mais je ne pense pas que ça va changer grand-chose… »

Ahmed, 56 ans. Photo : T. PETITJEAN et C. SIMON 

« Je cherche du travail depuis onze ans. J’ai suivi une formation dans la peinture en 1982, à Maubeuge. Malgré mes qualifications, Pôle emploi ne me propose rien. Je touche le revenu de solidarité active (RSA) et j’ai eu quelques missions de nettoyage mais ça ne m’a pas plu. J’ai des difficultés pour me déplacer, car j’ai le permis mais pas de voiture. En plus de ça, je suis handicapé physique. On peut dire que je suis un cas isolé. Il faut reconnaître qu’il y a beaucoup trop de chômage en France. Moi, je vote pour la gauche, mais je ne pense pas que ça va changer grand-chose… »

Ahmed, 56 ans

« Le vote blanc devrait être pris en compte »

Serena, 25 ans, au chômage depuis janvier
Serena, 25 ans. Photo : T. PETITJEAN et C. SIMON

« J’ai un BTS (brevet de technicien supérieur) d’assistante manager et je suis sans emploi depuis le mois de janvier. J’ai répondu à beaucoup d’annonces mais je n’ai jamais reçu de réponses. Il faut que ça bouge en France, et ce dans tous les corps de métier. Je n’irai pas voter. On se fait avoir par tout le monde. Et si jamais je devais voter, ce serait pour Marine Le Pen. Pourtant je suis homosexuelle ! C’est contradictoire mais j’ai l’impression que c’est la seule solution pour que ça bouge. Mais ça me fait peur, alors je préfère ne pas voter plutôt que de voter pour elle. Je pense que le vote blanc devrait être pris en compte. »

Serena, 25 ans

« Pôle emploi, […] je n’ai jamais trouvé un travail  grâce à eux » 

Florence a 50 ans. Elle a été au chômage depuis un an et demi.
Florence, 50 ans. Photo : T. PETITJEAN et C. SIMON

« J’étais au chômage depuis un an et demi, et j’ai trouvé du travail il y a un mois. J’ai un CAP dans le domaine de l’esthétique-cosmétique. J’ai du bol, car j’ai une grosse expérience : j’ai travaillé pendant 25 ans chez L’Oréal, à Paris. D’ailleurs, je trouve ça plus facile de trouver du travail à Lille. Les boutiques reçoivent des centaines de candidatures, c’est vraiment de la folie ! Durant le prochain mandat présidentiel, il faudrait revoir le système Pôle emploi, car je n’ai jamais trouvé un travail  grâce à eux ! Je me suis débrouillée seule en démarchant directement les entreprises. »

Florence, 50 ans

« Le prochain président devra réussir à créer plus d’embauches »

Marie, 25 ans, cherche un emploi dans la diététique depuis quatre ans.
Marie, 25 ans. Photo : T. PETITJEAN et C. SIMON

«  J’ai une licence en diététique et je recherche du travail dans ce domaine, plus particulièrement dans les hôpitaux, mais il n’y a pas beaucoup d’emplois. Je suis à la recherche d’un travail depuis quatre ans. Je regarde beaucoup les annonces sur internet et je n’ai jamais trouvé de travail grâce à Pôle emploi. J’estime qu’il devrait y avoir un meilleur suivi, et que celui-ci devrait être plus personnalisé. Le prochain président devra réussir à créer plus d’embauches. Je ne crois plus vraiment en la politique, mais j’irai quand même voter dimanche. »

Marie, 25 ans

« J’aurais bien voulu trouver un mi-temps, mais je ne corresponds plus à la demande » 

Valérie a 58 ans. Elle a travaillé pendant 4 ans dans le prêt-à-porter.
Valérie, 58 ans. Photo : T. PETITJEAN et C. SIMON

« J’ai commencé à travailler à l’âge de 15 ans et demi. En tout, j’ai travaillé pendant 41 ans dans le prêt-à-porter. Je pars à la retraite l’année prochaine. Il y a un an et demi, Pôle emploi m’avait conseillée d’attendre jusque-là plutôt que de retravailler. J’aurais bien voulu trouver un mi-temps, mais je ne corresponds plus à la demande. On m’a licenciée à cause de mon âge par rupture conventionnelle de contrat. Cette rupture conventionnelle doit être retirée. J’ai subi beaucoup de pressions, je ne voulais pas quitter mon travail. Les patrons profitent de la situation et ont le droit de tout faire. Mais place aux jeunes maintenant ! À 58 ans, je suis déjà une antiquité ! La présidentielle me fait peur, les candidats doivent penser aux jeunes. Et Fillon, pas question ! »

Valérie, 58 ans

« Si c’est un candidat avec les idées de Marine Le Pen qui passe, je ne resterai pas en France »

Abdel-Madjid, 45 ans, vient d'arriver en France. Il a exercé plusieurs métiers en Italie.
Abdel-Madjid, 45 ans. Photo : T. PETITJEAN et C. SIMON

« Je suis arrivé en France il y a seulement une vingtaine de jours. Je viens d’Italie, mais avec la crise j’ai décidé de venir m’installer ici. J’ai travaillé dans le bâtiment, j’ai été chauffeur et j’ai même été dans une société pétrolière. Je suis parti parce que l’Italie n’est pas le pays des droits de l’homme comme peut l’être la France. C’est ce que je souhaite pour le pays : un président qui croit vraiment au développement du travail, qui ne soit pas raciste et qui reconnaisse le travail des étrangers. Si c’est un candidat avec les idées de Marine Le Pen qui passe, je ne resterai pas en France. »

Abdel-Madjid, 45 ans

« Je préfère aller voir directement les entreprises plutôt que de me reposer sur Pôle emploi »
Martin, 24 ans, deux CAP. Il travaille dans la plomberie et l’électricité.
Martin, 24 ans. Photo : T. PETITJEAN et C. SIMON

« Je travaille dans la plomberie et l’électricité. J’ai deux CAP (certificat d’aptitude professionnelle) et je trouve que ce n’est pas trop difficile de trouver du travail dans ces deux domaines. En menuiserie, c’est plus compliqué. Ça ne fait que deux mois que je cherche du travail. J’ai déjà deux ans d’expérience dans le secteur. Pour ma recherche d’emploi, je préfère aller voir directement les entreprises plutôt que de me reposer sur Pôle emploi. D’après moi, il faut créer plus d’emplois en France, mais bon si il n’y a pas de boulot, il n’y en a pas ! Je ne crois plus beaucoup en les politiques, mais je vais quand même aller voter. »

Martin, 24 ans

Timothée Petitjean et Chloé Simon