Quelle situation pour la retraite en 2017 ?

Si les candidats à l’élection présidentielle s’écharpent sur l’âge légal du départ à la retraite, peu d’entre eux précisent en profondeur leur programme sur les seniors. Un sujet négligé dans la campagne, alors que la France comptait en 2016 plus de 14 millions de retraités. Au Charbon débroussaille cette nébuleuse.

Revenir à 60 ans pour Jean-Luc Mélenchon, le maintenir à 62 ans pour Emmanuel Macron, le reculer à 65 ans pour François Fillon. De nombreux candidats souhaitent remettre en cause l’âge légal de départ à la retraite, fixé depuis le mandat de Nicolas Sarkozy à 62 ans pour les personnes nées après 1955.
L’âge légal à partir duquel les salariés peuvent prendre leur retraite à taux plein, c’est-à-dire sans abattement, varie en fonction de la date de naissance de ceux-ci (articles L161-17-2 et D161-2-1-9 du code de la Sécurité sociale). À titre d’exemple, les salariés nés avant juillet 1951 peuvent partir à la retraite à l’âge de 60 ans. En revanche, si la personne est née en 1955 ou après, l’âge de départ est fixé à 62 ans, en ayant travaillé 166 trimestres, c’est à dire 41 ans et deux trimestres. Toutefois, si un salarié n’a pas rempli tous les trimestres nécessaires, il pourra bénéficier d’une retraite à taux plein à partir de 67 ans. A 70 ans, si un salarié n’a toujours pas pris sa retraite, il peut y être mis « d’office » par son employeur. Selon la Cnav, la caisse nationale d’assurance vieillesse, la retraite moyenne pour une personne ayant effectué une carrière complète en régime général, c’est-à-dire pour les salariés du privé, est de 1 041 euros brut. Dans le détail, on observe une différence entre les hommes et les femmes, qui touchent respectivement 1 136 euros pour les uns et 931 euros pour les autres.

Le cumul emploi-retraite : késako ?

Une fois à la retraite, certaines personnes reprennent une activité professionnelle. Parfois parce qu’une petite retraite ne suffit pas à vivre dignement ou à garder le même niveau de vie, parfois pour continuer à s’occuper et se sentir utile. En France 370 000 personnes étaient concernées par ce statut de “cumulard” en 2014, selon les derniers chiffres de la Cnav.
D’abord, une chose à savoir, pour cumuler intégralement et sans risque des revenus d’activité avec une pension de retraite, il faut remplir trois conditions :
– Avoir atteint l’âge légal de départ (62 ans)
– Bénéficier d’une retraite à taux plein
– Avoir liquidé toutes ses pensions.

Toutefois, travailler et toucher une retraite ne peuvent pas être synonyme de grande richesse. « Dans tous les cas, l’activité que je reprends ne modifiera pas le montant de ma retraite par la suite », précise Philippe Bainville, de la Cnav. Il faut prévenir les caisses de retraites et respecter un plafond de revenu, équivalent à la différence entre le montant de la retraite, et la moyenne des trois derniers mois de salaire, ou à 160 % du Smic, c’est à dire 2 347 euros brut par mois.
Cette situation est encadrée par un décret de 2014, entré en vigueur le 1er avril dernier. Désormais, les retraites ne sont plus systématiquement suspendues en cas de dépassement du plafond, mais la pension est réduite en fonction du montant du dépassement.
Théo Gicquel et Sarah Cozzolino

 


Nous sommes allés à la rencontre de ceux qui travaillent “en pointillés”, lisez notre série : Sans activité fixe