Les 10 commandements de l’intérimaire

Travailler en intérim pendant plusieurs années, c’est pour certaines personnes un choix : variété des missions et des environnements. Pour d’autres, il s’agit d’une situation de transition permettant de gagner sa vie en attendant de trouver un emploi stable et d’engranger une expérience professionnelle. Nous avons rencontré des intérimaires qui nous ont livré les 10 commandements qu’il faut être prêt à respecter avant de s’engager.

Au total, sur l’année 2016, l’emploi intérimaire a augmenté de 13,1 % (76 100 intérimaires), après une hausse de 9,2 % en 2015 selon l’enquête de Dares, le bureau d’étude du ministère du Travail. Cette forme particulière d’emploi représente 3,6 % des salariés du privé.

1/ Ton CV tu soigneras

Yacine, 25 ans, intérimaire depuis trois ans maintenant, diplômé en informatique : « Pour des informations rapidement accessibles, il faut que la page soit aérée. Je fonctionne souvent avec deux colonnes : d’un côté les compétences et de l’autre un peu plus de texte explicatif sur mes expériences, ce qui permet de hiérarchiser ».              Il ajoute : « ce qui marche le mieux pour attirer l’employeur, ce sont les CV minimalistes, avec  quelques icônes qui retiennent l’œil et des couleurs assez simples. »

2/ De disponibilité et de souplesse, preuve tu feras

Vincent, 40 ans, intérimaire régulier et spécialisé dans le secteur du transport : « Lorsque je suis dans l’entreprise, j’adopte toujours une méthode spécifique » dit-il, amusé. « Je fais preuve d’une bonne écoute, de disponibilité et d’ouverture face aux demandes et suggestions qui me sont adressées. Ça me permet de m’améliorer. Je m’efforce de développer également ma capacité de jugement, de faire preuve d’autonomie, et d’esprit d’initiative. J’essaie de poser des questions au moment opportun, je n’oublie pas aussi de reformuler au besoin les directives reçues. »

3/ Mobile tu seras

Bastien, 31 ans, menuisier de profession : « Il est très fréquent d’avoir des missions la veille pour le lendemain, dans une zone géographique qui n’est pas la vôtre ou bien encore pour des missions qui ne correspondent pas forcément à votre profil ! Il m’est déjà arrivé une fois d’être contacté par une agence pour une société de construction à Valenciennes.  Je préférais rester à Lille à côté de ma mère, malade, mais deux possibilités s’offraient à moi : refuser et ne jamais être rappelé, ou bien accepter pour montrer que je faisais des efforts. L’agence d’intérim en serait reconnaissante en me rappelant pour d’autres missions qui correspondraient de plus en plus à mes propres    critères. »

4/ Accepter de travailler en-dessous de tes compétences tu devras

Vincent : « La mission avait l’air intéressante, mais en réalité, j’utilisais un tiers de mon expertise. Je n’avais aucun pouvoir de conseil ni de décision, j’attendais tous les jours ma feuille de route. Après, j’ai décidé de mettre un temps mon travail de côté pour bien le vivre, sinon ce genre d’expérience peut détériorer la confiance en l’avenir. »

5/ Ne pas être exigeant sur le salaire tu devras

Elise, 23 ans, ancienne intérimaire dans la restauration : « Si vous êtes le candidat idéal, vous pouvez peut-être vous permettre de négocier votre salaire, mais tout est déjà écrit dans le contrat que vous avez avec la boîte d’intérim. Vous devez juste confirmer, dire « ok ». De toute façon, vous n’allez pas gagner des millions en intérim…  Moi personnellement, je ne me focalise pas sur le salaire parce que ça dépend d’une entreprise à l’autre. Il peut être de sept euros comme de quinze euros de l’heure. »

6/ Ta réputation, tu soigneras  

Elise : « S’il s’avère que tu as eu des problèmes avec ton supérieur, la boîte d’intérim risque de te « blacklister ». Et ensuite ils soumettent ton dossier à toutes les autres boîtes d’intérim pour les prévenir que tu ne travailles pas bien. C’est arrivé à un ami qui était dans la même boîte que moi. Il ne se réveillait pas le matin et il arrivait souvent en retard. L’entreprise l’a averti plusieurs fois. Moi-même, j’ai essayé à plusieurs reprises de le recadrer mais malheureusement, il n’écoutait rien. Finalement il a été licencié. L’entreprise a fait parvenir son dossier aux autres boîtes d’intérim. Ca a été désastreux pour lui. Il n’arrivait plus à trouver du travail, c’est comme si les portes étaient toutes fermées pour lui. »


Ce sujet vous intéresse ? Lisez aussi notre article : J’ai testé pour vous le travail à la chaîne


7/ Patient tu seras

Yacine : « Il faut être flexible et patient. Flexible parce qu’on peut t’envoyer dans des missions très diverses, donc tu dois savoir s’adapter. Et surtout, toutes les missions ne se valent pas. Par exemple, dans mon travail actuel, j’avais le droit chaque semaine à deux jours de congés. Ces jours de repos changeaient chaque semaine. Il m’arrivait de bosser dix jours non stop. Quand un nouveau manager est arrivé, mon supérieur est devenu plus agressif. Il se moquait de nous et nous menaçait. Certains de mes collègues craquaient dans les vestiaires. L’un d’eux voulait même se syndiquer afin de nous défendre. J’ai dû supporter cela ! Je souriais malgré tout chaque matin et le manager changea d’attitude envers en moi. Et voilà, aujourd’hui, j’ai décroché un CDI et je suis très content. »

8/ Spécialisé tu devras être

Pour Christophe Michel, chargé de communication de la société d’intérim Temporis et spécialiste des ressources humaines : « Effectivement, si tu as une spécialisation très rare en France et très demandée par les sociétés, tu trouves quasiment forcément un travail. Tu as même plus de chances d’avoir un CDI. Par exemple, les métiers les plus demandés aujourd’hui sont : ouvriers, danseurs, puéricultrices, aides à domicile, agriculteurs, polyvalents de cuisine, etc. »

9/ Du zèle, tu éviteras de faire

Pour Yacine, les intérimaires sont « littéralement comme des mercenaires » : « Nous avons une mission, on doit l’accomplir, et ensuite partir. J’évitais et j’évite jusqu’à présent de m’impliquer un peu plus juste parce que ça ne va pas durer. Je faisais mon travail, rien de plus. Il faut surtout garder son estime de soi. »

10/ Entre deux intérims, le temps vide tu rempliras

Pour Vincent, « certaines entreprises recherchent simplement des gens jetables, c’était comme ça dans mon ancienne entreprise. Personne n’a été gardé parmi les intérimaires ! D’autres entreprises cherchent des employés. Moi, j’essaie de soigner mon image pour augmenter les chances que l’entreprise me rappelle. Et sincèrement, la majorité des entreprises me rappellent… C’est très rare d’être sans emploi. Je me sens bien en intérim. »

Hamza Mohamed


Lire aussi : tous nos articles Sans activité fixe